renaissance en antarctique

Publié le par wikie

                             Renaissance de l'otarie de Kerguelen (Antarctique)

Découverte en Georgie du Sud par le capitaine Cook en 1775, les otaries des îles Kerguelen (Antarctique)  connaissent une nouvelle prospérité après avoir frôlé l’extinction. Bien que les chasseurs du XIXème siècle réduisirent le nombre des otaries de Kerguelen à quelques dizaines d’individus, aujourd’hui l’espèce est redevenue abondante et dépassent le million d’individus.

 

Cette éventuelle extinction de cette espèce d’otarie, avait pour cause une chasse massive au début des années 1800, en effet 17 navires anglais et américains ont visités la Georgie du sud et ont dépecés plus de 112 000 otaries.

 

Les chasseurs débarquaient sur les lieux de reproduction et capturaient les animaux se trouvant sur place puis massacraient ceux qui revenaient par la mer choisissant les jeunes mâles et les femelles.

 

En 1819, des troupes d’otaries avaient été découvertes dans les Shetland du sud … 3 ans plus tard 250 000 otaries y avaient été capturées et l’espèce y était presque exterminée.

L’espèce devenant de plus en plus rare, les phoquiers s’en sont pris aux éléphants de mer tuant en même temps les otaries qui se trouvaient près des éléphants de mer.

 

Tout cela avait pour conséquence, qu’au début du XXème siècle les otaries semblaient avoir presque disparu totalement. Heureusement, le Gouvernement britannique a commencé à règlementer la chasse aux phoques, et les otaries à fourrure furent totalement protégées.

 

Une petite population de 38 otaries fut découverte sur un petit îlot en 1933, 3 ans plus tard, au même endroit cette petite population avait doublée. En 1956, sur ce même îlot on se trouva face à une colonie florissante d’au moins 3500 jeunes otaries.

Entre 1958 et 1972, la population de Georgie du sud a augmenté de 16,8% par an. Ce taux a diminué depuis mais demeure assez élevé par rapport aux autres espèces d’otaries qui sont aussi protégées et surveillées.

 

 

Mais aujourd’hui une autre menace guette les otaries de Kerguelen ainsi que toutes les autres espèces de pinnipèdes, il s’agit du changement climatique, de la nourriture qui commence à manquer, mais surtout de la pollution des océans …

Publié dans les pinnipédes

Commenter cet article